EntrepriseEmploiHotelRestaurantImmobilierPlanCinémaInfos

Le forum de www.pertuis.com est une tribune de libre expression. Utilisez le cependant en respectant les règles et les autres utilisateurs !
Avant de créer un nouveau sujet, vérifiez qu'il n'existe pas déjà ! Toute utilisation commerciale de ce forum est interdite !

FORUMS | Espace café | nos souvenirs à Pertuis

    
zinzanbrookezidane


Inscrit le : 24/12/2007
Messages : 302

Posté le : 26/01/2008 à 21h25

voilà, en lisant des intervenants , '' Mon oeil'' et ''Candide'' , j'ai eu l'idée de creer cette rubrique où chacun pourra y raconter des bons souvenirs à Pertuis ,des histoires vraies qui feront rire ou pleurer (ou les deux à la fois) les lecteurs et notamment ceux qui ont été temoins ou acteurs .
Ce sera aussi l'occasion d'adresser quelques clins d'oeil à des connaissances , des copains d'enfance, de jeunesse.
Ce sera aussi l'occasion de parler de personnes décédées .

mon oeil


Inscrit le : 25/11/2007
Messages : 179

Posté le 26/01/2008 à 22h33

Bravo et merci Mr @ Zin..............,

Nous attendons avec impatience une belle histoire de Lou Rénaïré.

lou rénaïré


Inscrit le : 29/10/2007
Messages : 1726

Posté le 27/01/2008 à 07h26


Un soir de réveillon à la fin des années 1960, nous déçidames mes copains et moi de faire une couillonade à quelqu'un. La victime fût vite trouvée. Le père Chapus avait garé sa charrette chargée de plantes de haricots secs sous le hangar de la place Garçin.Nous étions trois gaillards fils d'agriculteurs et agriculteurs nous- même. Il nous fallut peiner pour tirer cette charrette à côté de la fontaine. Au petit matin, fatigué par le réveillon bien arrosé je dormais à poings fermés lorsqu'une main nerveuse frappa vivement à la porte. C'était le père Chapus qui disait à ma grand-mère" veni cerca lou pitchot per m'adjuda à rintra la carette souté l'ingar" je fus donc obligé d'aider ce bon père Chapus à pousser la charrette à sa place et là les deux malabars qui avaient commis le méfait avec moi n'étaient plus là j'ai donc pris la place du mulet mais tout en forçant je marmonnais "quel bel âne tu fais" depuis ,lorsqu'il y a une couillonade à faire je m'arrange toujours pour ne pas être voisin avec la victime !!

Message édité le 14/01/2011 16:59:22

Angelo


Inscrit le : 29/10/2007
Messages : 746

Posté le 27/01/2008 à 08h56

Bonjour à tous. Je ne suis pas natif de Pertuis comme mon ami Lou Rénaîré ( et mince je l'ai encore dit, et oui c'est mon ami !!) Bon je recommence. Je ne suis pas natif de Pertuis, mais j'en ai une d'histoire un peu croustillante à vous raconter et qui se passe à Pertuis quand même et qui est vrai bien sur. C'est un peu long, mais il faut situer les évènements. Bon ça se passe dans les années 70, c'est l'époque des boites à Aix avec les collègues, et un soir dans la boite le " Koréa" en bas du cours Mirabeau , je fais la connaissance d'une femme divorcée, qui avait un peu bu, moi aussi d'ailleurs et pour faire court , elle m'emmène chez elle très tard dans la nuit ou très tôt le matin comme on voudra. Je passe sur les détails, et le lendemain je passe la journée avec elle et ses deux très jeunes ENFANTS qu'elle avait laissé à la maison !! Cela vous donne une petite idée du genre de femme. Et avec cette femme je vais avoir une relation en dent de scie, tout les 3 jours, parfois une semaine sans la voir et cela dure quelques mois comme ça. Et un jour un copain à moi, se marie. Enfin quand je dis copain, c'est plutôt un collègue de virée de boite quoi, mais comme il m'aimait bien, il m'invite à son mariage avec toute la bande de collègues! Et ce gars je vous le donne en mille, il travaille à Pertuis comme cuisinier dans une école, dont je serais incapable aujourd'hui de vous dire laquelle et il se fait prêter la salle de la cantine pour faire son mariage. Et ce Week end là, je devais voir cette femme mais moi j'avais pas envie, et je suis donc allé au mariage. Putain, je sais pas comment elle a fait pour savoir où j'étais, mais en plein mariage au moment de la pièce montée elle a fait irruption dans la salle comme une furie, elle a commencé à foutre une merde pas possible, elle voulait me frapper, car elle avait encore picolé, je ne savais plus où me mettre, si bien que je me suis fait jeté de la salle de mariage avec elle comme un malpropre. Voilà quand on a de mauvaises fréquentations ce qui arrive. Et ce cuisinier est toujours à Pertuis, il s'appelle Philipe, si il lit ce forum je le salue.

lou rénaïré


Inscrit le : 29/10/2007
Messages : 1726

Posté le 28/01/2008 à 05h14


Dans les familles Paysannes il était coutume de tuer le cochon chaque année vers le mois de Janvier. Cette année là des amis étaient venus nous aider ,comme chaque année. Parmi eux notre regretté Jules Gaudibert (grand-père de Guy Picca). Ce bon Jules, toujours prêt à rendre service, nous proposa d'aller chercher la future victime dans le cochonier situé juste en dessous la ferme. Pour cela, il fallait attacher la bestiole par une patte arrière afin qu'elle ne puisse pas s'enfuir. Après cinq minutes de rodéo, la bête fut capturée et notre cow-boy de service la fit grimper vers sa dernière destination. Avant de se rapprocher du couteau qui l'attendait, le cochon fit mine de partir de l'autre côté vers les collines et à ce moment là la corde se détacha et le bestiau prit la poudre d'escampette direction Cavalèry. C'est ce jour là je crois que nous avons inventé le Marathon du Luberon, nous avons rattrapé le porc après une course folle et surtout fatigante à tel point que l'exécution fut repoussée au lendemain.Le temps que notre bon Jules révise sa technique des noeuds.

Message édité le 14/01/2011 17:02:12

Bertrand


Inscrit le : 16/08/1997
Messages : 3793

Posté le 29/01/2008 à 00h44

Bravo pour vos bonnes histoires et... continuez !

lou rénaïré


Inscrit le : 29/10/2007
Messages : 1726

Posté le 29/01/2008 à 07h13


Moi je suis prêt à continuer! on est si bien dans ce sujet .On retrouve l'ambiance d'avant la guerre (des municipales). Avec des noms de personnes qui nous ont quitté et qui ont fait de PERTUIS ce qu'elle est. Je pense souvent aux bons moments passés avec ces gens simples et de la fraternité au vrai sens du terme,des conversations en provençal le soir assis sur le trottoir de la rue Henri Silvy. Alors si vous m'entendez d'en haut, vous les Chapus, les Bajolle, les Paris,Les Esparon, les Audoux, les Lambert,Les Brémond etc... sachez qu'il y a en bas des gens qui pensent à vous trés souvent!!

Message édité le 25/03/2008 14:59:46

zinzanbrookezidane


Inscrit le : 24/12/2007
Messages : 302

Posté le 29/01/2008 à 11h42

c'est tres bien .

je les lis toutes.

Angelo


Inscrit le : 29/10/2007
Messages : 746

Posté le 29/01/2008 à 13h41

Merci Zinzan etc.....Et toi tu nous en raconte pas une ?? Nous aussi on a envie de rire un bon coup !!!

raton laveur


Inscrit le : 24/01/2008
Messages : 682

Posté le 29/01/2008 à 14h08

N'etant pas natif de Pertuis, je vais quand même y aller de mon petit coups de " a l'époque ".
Mon village est situé a quelques petits kms de la cité de Marcel Pagnol, comme je dit souvent, je suis né entre Aix et Marseille.
j'ai le souvenir des vieux, devisant en patois, place de la mairie sur les bancs et sous les platanes entre deux parties de pétanque et juste avant l'heure de l'anis.
A cette époque, on passaient le conseil de révision a Roquevaire, a l'issue du Bon pour le service, s'ensuivait une bamboula de 2 a 3 jours pour les conscrits.
Pratiquement tout le village participait aux agapes, surtout par la fourniture des matiéres premiéres, la nuit, au retour de quelques aventures dans les rues chaude de la capitale phocéenne, nous en profitions pour changer quelques peut la physionnomie du village.
La 2 cv camionette du poissonnier se retrouvait sur cales, les terrasses des bistrots étaient échangées, sans parler des pots de fleurs qui pour une nuit changaient de propriétaires, quelques portes coincées par différents matériaux retardaient l'heure de la prise du travail le lendemain.
C'était une vraie fête, pour les conscrits, mais aussi pour le village.
Quelques années aprés, le conseil de révision a été supprimé, puis le service militaire, dommage.

trobo (ex 456)

Inscrit le : 06/01/2008
Messages : 158

Posté le 29/01/2008 à 15h20

Félicitations pour ce sujet et pour les intervenants...
Des histoires pertuisinnnes m'ont fait revenir en mémoire le Pertuis d'antan.
La vie que je mène aujourdhui avait enfoui ces souvenirs.
Les inondations, j'y étais aussi à nettoyer auprès des sinistrés ( je suis même passer à TF1 )
Mais en ce momoent, ce sont les images de la Colonie, de TREMINIS où tous les jeunes pertuisiens allaient passer un ou deux mois.
L'ambiance était extraordinaire, le décor fantastique, le confort ( il n'y en avait pas mais on ne manquait de rien) Que de bon souvenirs.
Les monos étaient tout simplement d'autres pertuisiens plus agés.
Lorsque je les croise dans Pertuis, c'est leur image là bas qui me revient.
Je suis allé en pélerinage à Tréminis, c'était triste, vide.
Comment a t'on pu être si heureux dans cet endroit.
Tout simplement parce nous y étions bien, c'était les premières vacnces, que nos parents étaient fiers de nous payer.


mon oeil


Inscrit le : 25/11/2007
Messages : 179

Posté le 29/01/2008 à 19h47

Je voudrai vous faire part d’une tragédie que j’ai vécue un samedi soir de la fin juillet 1966, sur la place St Nicolas à Pertuis.
Un peu d’urbanisme, pour vous dire qu’à cette époque des habitations étaient construites en face la pâtisserie Barre et le pressing, prolongeant de ce fait, vers le Crédit Lyonnais la rue Grande d’une trentaine de mètres.
Du coté de la place St Nicolas, cette construction, aujourd’hui démolie, formait un angle avec le bâtiment occupé actuellement par la CRAM, à ses cotés il y avait la mercerie très fréquentée des Pertuisiennes tenue par la famille Bénevise.
En lieu et place du Crédit Lyonnais il y avait un bar « Le petit Nice »
Notre beau clocher, qui fait tout le charme de notre ville servait tout les vendredis, de halle aux poissons !
En cette après-midi estivale un cirque s’était installé sur la place pour se produire le soir même à partir de 21 heures.
Un câble avait été tendu, reliant un pieu fixé au sol auprès de la mercerie et le haut du clocher. Au départ de ce câble, prés de la mercerie, une moto y avait été juchée et arrimée. Bien entendu vous l’avez compris, il s’agissait d’une attraction de funambules.
La place était bondée, les Pertuisiens, nombreux, attendaient avec impatience cette moto qui allait circuler sur ce câble pour atteindre le sommet du clocher.
Le spectacle commença enfin, le présentateur annonça le programme de la soirée, et lança le 1er numéro de funambule précisant que les évolutions de la moto auraient lieu au 2ème numéro.
Un athlète tout de blanc vêtu s’approcha du point de départ et agrippa un immense balancier, après quelques mouvements d’assouplissements, il commença à marcher lentement sur le câble. La foule, les yeux rivés sur l’artiste suivait inquiète la progression en direction du sommet du clocher.Arrivé à la hauteur de l’horloge, l’extrémité du balancier heurta le cadran. Déséquilibré, l’acrobate ne pu empêcher sa propre chute. Au cours de laquelle il se blessa mortellement sous nos yeux.
Voilà comment se termina cette bien triste représentation.
Un hommage massif fût rendu le lundi ou le mardi par les Pertuisiens à cet artiste, qui repose au cimetière de Pertuis.
Mon Oeil


zinzanbrookezidane


Inscrit le : 24/12/2007
Messages : 302

Posté le 30/01/2008 à 00h35


une anecdote. '' apprentissage du goût''

Durant mon enfance, j'ai habité quelques temps dans la centre.

Une fin d'apres midi de printemps dans les années 75 à 77 (?), ma Maman me demanda d'aller faire un petit complement de courses chez l'epicier . Elle me suggera d'aller à l'epicerie la plus proche, celle de M Samat ( j'ai des doutes sur l'orthographe de ce nom) .......qui etait située à l'angle Rue Vinoly et rue François Morel .

Mais, probleme ! Il fallait prendre du fromage et pas n'importe lequel , il fallait un camembert et comme beaucoup de gamins , j'etais tres difficile , j'evitais pas mal de choses, et notamment le fromage '' mou et qui sent mauvais ''.etc etc etc ..

Revenons donc à ces courses à faire .
M Samat commença à me servir et on arriva inexorablement au fromage..et helas il fallait pas '' un mou qui sent pas'' ( genre caprice des dieux ) ... il fallait bel et bien un camembert .

Alors que M Samat s'apprêtait à prendre un camembert dans le bac ,
inquiet mais n'osant pas lui dire '' un qui pue pas'' , je lui precisai.. '' un pas mou et un peu avec du blanc dedans ''

Alors le bon monsieur , chercha un peu et m'en proposa un .
Je ne fus pas emballé ,

Il m'en proposa un deuxieme .
J'hesitai encore.

Puis un troisieme je crois,..... sans resultat . La hantise du fromage qui sent fort m'empêchait de me decider rapidement.

D' un coup, il se tourna completement vers moi et me lança ...
'' QU' EST CE QUE TU VEUX ? .....DU PLATRE ?!

Scotché , interloqué, interpellé par sa replique , je me mis à douter de mes goûts . Je me sentis presque ridicule de vouloir manger du fromage ''pas mou'' . ..au point que l'epicier se moquât presque de moi .
''Et si c'etait lui qui avait raison ?'' pensai -je

Sa replique fut pour moi l' élement declencheur qui m'incita à enfin decouvrir toutes sortes de fromages .

Je ris encore en songeant à cette scène ....

Merci M Samat




Message édité le 31/01/2008 20:25:58

Bertrand


Inscrit le : 16/08/1997
Messages : 3793

Posté le 30/01/2008 à 20h39

zinzan, merci pour ton histoire mais je constate que tu est encore et toujours fâché avec le fromage puisque le mot camembert ne contient pas de N
Mes lointaines origines m'obligent à réagir...

zinzanbrookezidane


Inscrit le : 24/12/2007
Messages : 302

Posté le 30/01/2008 à 21h58

ah oui, c'est curieux Camembert est imprimé dans ma tête avec un n

Merci pour la precision .
tu es donc un peu Normand

Bertrand


Inscrit le : 16/08/1997
Messages : 3793

Posté le 30/01/2008 à 22h54

Oui, je suis un vrai provençal... d'adoption... Mais non je ne suis plus normand ! même pas un petit peu !

Identification
Votre Email :
Mot de Passe :
 
 
Vous n'êtes pas inscrit ?


Lundi 28 Septembre
Saint Venceslas


S'abonner par :

Mon compte :
Mot de passe Perdu Inscription


WWW.PERTUIS.COM est un site membre du réseau WOUAIBE.COMInfogérance et Hébergement Demarcq.net - Voyage en Guadeloupe - Mentions légales